... ou "Villepin chez les Schtroumpfs" ?

Vue sur iTélé ce matin où elle était retransmise en direct, la réunion de Rambouillet était en fait la conférence mensuelle du Premier Ministre. Dominique de Villepin, fidèle à lui-même, s'est dit satisfait de l'action du Gouvernement. Pour résumer : nous travaillons, nous obtenons de bons résultats, le chômage recule, et l'amélioration de leur moral fait que les Français passent leur temps à faire l'amour, d'où le nombre important de naissances qui fait de la France le pays dans lequel le taux de natalité est aujourd'hui le plus élevé en Europe.

... Sacré Villepin !

Dominique de Villepin a aussi critiqué la vacuité (le vide) du programme de certains candidats et s'est félicité que sa "famille" politique reste porteuse de vraies propositions pour l'avenir du pays, un avenir que le Premier Ministre voit toujours aussi radieux.

Ce que Dominique de Villepin n'a pas dit dans son allocution, c'est s'il avait fumé de l'opium ou s'il avait bu de l'absinthe toute la nuit pour arriver à prononcer un tel discours. A en juger par les poches qu'il avait sous les yeux à Rambouillet, il a probablement combiné les deux.

Rambouillet... Lorsque j'y travaillais en 1997 pour un grand groupe de distribution, les commerces du centre ville commençaient à fermer. Les jeunes, comme les commerçants, disaient qu'il était impossible de trouver du travail dans la ville, qui était économiquement morte, et qu'il était également devenu impossible de se loger, les loyers ayant explosé et rendant les logements inabordables pour le commun des mortels.

Que de changements depuis ! Il faut dire que là où le Premier Ministre passe, les problèmes ont une curieuse tendance à disparaître. Dominique de Villepin a d'ailleurs évoqué le sujet en disant qu'il fallait se garder d'émettre des commentaires négatifs quand, de toute évidence, tout va de mieux en mieux. Donc c'est certain : si nous étions dans les Schtroumpfs, Dominique de Villepin porterait un maillot bleu et un bonnet blanc, et comme tout Schtroumpf qui se respecte, il ne manquerait pas de vous mettre en garde contre le méchant Gargamel... un Gargamel qui, pour Dominique de Villepin, est forcément d'extrême-gauche !