Christine_Lagarde_7Pour les prévisions de croissance et donc, par voie de conséquence, pour Christine Lagarde, la dégringolade continue. D'abord remise en cause par une prévision bien moins enthousiaste de l'OCDE, la prévision d'un taux de croissance de 3% sortie de son chapeau par Nicolas Sarkozy n'aura pas tenu bien longtemps face aux réalités économiques, qui depuis plusieurs semaines font dire à l'ensemble des analystes que la croissance française se situera autour de 1,8% pour l'année 2007.

Obligée de revoir sans cesse à la baisse le chiffre qu'elle communique après avoir affiché un moral au beau fixe en début de mandat, Christine Lagarde a dû se résoudre à annoncer que les 3% ne seraient jamais atteints. On est ensuite passé à un chiffre de 2,5, puis de 2,25%, pour tomber ces derniers jours à un chiffre évoluant entre 2 et 2,5%, Christine avouant qu'on se trouverait sans doute "dans la fourchette basse"... Disons quelque chose comme 2%, pour Lagarde, alors qu'un nouveau rapport de l'INSEE fixe le taux de croissance prévu pour l'année 2007 à... 1,8 % (au lieu de 2,1% en juin), c'est-à-dire au même niveau que les premières projections réalisées par l'OCDE il y a déjà plusieurs mois.

Plombé par l'annonce d'un aussi mauvais chiffre, le "moral des entreprises" pourrait bien continuer de s'effondrer, faisant descendre le taux de croissance sous la barre de 1,8% (disons que pour le Poliblog, la croissance française évoluera entre 1,5 et 1,8%).

Coupables à venir, Christine, qui n'aura pas correctement appliqué les électrodes qui devaient provoquer le choc de confiance promis par Nicolas Sarkozy, et bien sûr les Français, qui n'auront pas assez consommé. Peut-être parce que la France serait plus proche des 18% de chômeurs que des 8%, selon le baromètre du chômage réalisé par l'hebdomadaire Marianne ?

Profitons en tout cas de cet article pour dire au revoir à Christine Lagarde, et pour la remplacer Nico, pas besoin de chercher midi à quatorze heures : il te suffit de te rendre dans n'importe quelle ANPE pour trouver une dizaine de candidats (ou plus) du calibre de Christine, en moins drôles évidemment, mais aussi en beaucoup plus compétents et difficiles à manipuler. De vrais ministres en somme.

Lagarde seule contre tous
http://www.lejdd.fr/cmc/economie/200740/lagarde-seule-contre-tous_61231.html