p_tit_gros___la_plageOh, il faut que je vous dise : je voulais reprendre la rédaction du blog à partir de demain, mais après avoir entendu ce que j'ai entendu dans le JT du soir sur France 2, je n'ai pas pu résister !!!

Le problème, quand on déborde d'envie de parler ou d'écrire sur quelque chose, c'est qu'on ne sait jamais bien par où on devrait commencer...

Tenez, là ce soir, par exemple, je pourrais très bien écrire "qu'il n'existe aucune différence entre Nicolas Sarkozy et un testicule : parce qu'un testicule est une couille, et parce qu'il ignore qu'il en est une". Mais passons.

Or donc, voilà : je vous explique la dernière pantalonnade du président la Couille, sans rien vérifier ni chercher aucun article de presse sur le sujet ; puisque comme ici, on aime raisonner en bon Franchouillard que nous sommes, nous allons nous contenter de reprendre une info parmi d'autres que j'ai entendue dans le JT de France 2...

Eh bien figurez-vous, lecteurs ébahis, que du haut de ses talonnettes en platine et accompagné de sa propension à tomber raide mort pendant un banal jogging, Nicolas Sarkozy le Seul, l'Unique, le Vrai, aurait fait un aller-retour au Brésil à l'occasion de la fête nationale (avec défilé étou), et qu'au cours de cette visite où tous les danseurs de samba auraient dévoré notre fier étalon des yeux et même des lèvres pour certains, Nico la Couille aurait vendu pas moins de 36 avions de combat Rafale (pépé Serge a dû en tremper sa couche) !

36, oui, vous avez bien lu ! 36 m... de pépé Serge, vous savez, le genre de m..., pour tout dire, dont dans l'armée de l'air comme dans la marine françaises, on n'avait jamais voulu entendre parler, jusqu'à ce que Jacques Chirac himself signe un bon de commande qui avait ensuite permis à pépé Serge de torcher ses vieilles fesses avec du papier quintuple épaisseur en chachemire doré à l'or fin !!!

Je sais que ce n'est pas très poli, tout ça, mais que voulez-vous, il faut quand même appeler un duo de râclures un duo de râclures, non ?

Bon, alors voilà : or donc, de prime abord, vu de loin par temps de brouillard pourrait-on même dire, Nico la Couille Sarkozy "aurait" vendu 36 Rafale à des travelots qui, tous les ans, dansent avec des plumes dans le cul à quelques mètres de favellas où les enfants sont éduqués à coups de crosse de fusil d'assaut dans la gueule. CONTRASTE ! Mais bah, Nico la Couille, il se cogne de ce genre de petites disconvenances (d'ailleurs il se cogne de tout, le bougre ; il faut dire, à la décharge de Nico la Couille, qu'il n'est pas équipé pour se cogner de grand-chose).

Pis quand on creuse, ben non, y'a plus : le Brésil n'a rien acheté du tout. Pas même la valve du pneu arrière gauche d'un Rafale.

A dire vrai, les cariocas n'ont pas versé le quart du dixième d'une roupie sud-américaine au président la Couille Sarkozy, ils ont juste donné leur accord "de principe" pour acheter autant de Rafale que Sarkozy voudrait via un contrat qui "pourrait" être signé en 2010, plus tard ou... jamais (jamais, c'est mieux comme échéance, surtout pour un pays de guignols qui n'ont pas la queue d'un et qui ne sont même pas foutus d'assurer la sécurité de leurs gosses sur leur propre sol).

"Accord de principe", ça fait une légère différence avec l'histoire merveilleuse du Sarkozy à cojones géantes (et pas fragile du coeur, en plus !) qui te fourgue des Rafale aussi vite que d'autres te fourguent des stylos Bic® !

Si encore c'était tout, MAIS NON, c'est pas tout !!! Pour faire croire aux cariocas qu'en France, on en a une énorme paire sous le kilt, la Couille n'a rien trouvé de mieux à faire que d'aller faire le con chez les travestis avec une délégation de la Légion et une autre du... bagad de Lann-Bihoué !

RHÂ je vous jure, il est tellement con ce Sarkozy, s'ils étaient encore en vie, Coluche ou Desproges se le taperaient comme on se tape une bonne branlette (bouh que je suis vulgaire, moi) ! Ils lui défonceraient la gueule en plein Olympia : avec la Couille, c'est facile, il n'y a même pas besoin de chercher de conneries à raconter sur lui, à lui seul, "il" incarne la Connerie, et même l'intérêt supérieur du préservatif double couche comme moyen radical de mettre fin à certaines lignées, mais je cause, je cause...

Un abruti n'étant jamais mieux servi que par lui-même, en échange de "rien", Nico la Couille Sarkozy s'est engagé, de son côté, à acheter aux cariocas 10 avions de transport de troupes made in Travelots-land, à savoir, des avions peints en rose et qui volent toujours en vous tournant le dos : ça va faire son petit effet, dans l'Armée De l'Air De La République Française, surtout le 14 juillet, quand on se demandera qui est le con qui a signé pour acheter des bouses volantes qui, dans le meilleur des cas, feront du Vélizy-Vélizy (bé ouais) jusqu'à ce qu'on décrète, un jour, qu'elles seront trop vieilles et trop mal foutues et qu'il sera temps de les mettre à la benne...

Sacré Nicolas ! Euh, sérieusement, y'a pas quelqu'un qui voudrait l'adopter, svp ? Non parce que si y'avait, c'est nous qu'on donnerait cent myards, si quelqu'un le prenait avec son palpitant pourri et avec sa grosse qui chante comme une chambre à air...

Zut, je vois que personne ne lève le doigt. Mais reprenons.

Vendre ne serait-ce qu'un Rafale aux travelots brésiliens, ceci dit, ce serait une grande première, car jusqu'à maintenant, les escrocs crétins français sont les seuls à s'être jamais enthousiasmés pour un avion qui a fait son premier vol à une époque où Serge Dassaut ne portait pas encore de Pampi Maxi (et c'est loin, croyez-moi) !

M'enfin...

D'après le super génie de l'Elysée, d'après, surtout, l'armée de ceux dont le métier, qu'écris-je, dont le sacerdoce est de faire en sorte que les Français ne réalisent pas qu'ils sont gouvernés par un demeuré, "l'affaire", si jamais elle se faisait bien sûr, devrait rapporter "jusqu'à" (encore une toute petite approximation) 5 milliards d'euros à la France à condition de filer absolument tout aux cariocas : les plans, les zincs, le plein de kéro et même quelques dizaines de valises de biftons en plus : ça s'appelle un "transfert de technologie" : je te file énormément de pognon qui n'apparaît nulle part au titre de l'entente cordiale qui doit régner entre nous, puis toi, tu m'en reverses une, euh, disons une "bonne part", pour que je "fluidifie" la démocratie chez moi, plus un petit bonus pour que je remplisse même pas discrètement les coffres de quelques banques qui, elles, ne sont pas du tout chez moi... Ce n'est pas de la corruption, c'est de l'exportation. Circulez svp.

Dommage, quand même...  Cinq myards d'euros, rapportés aux 120 myards du déficit de la Sécu (Sarko la Couille devait le niquer en deux coups les gros) et aux plus de 400 myards et davantage dilapidés par des banques dont les dirigeants continuent de s'en fourrer jusque-là, ç'aurait été une petite bouffée d'air qui n'aurait pas été malvenue pour les x centaines de milliers de Français qui ont perdu leur emploi depuis l'arrivée au pouvoir du président du pouadacha, vous savez, celui-là même qui s'est aperçu que son calebard avait toujours été vide, quand il s'est trouvé confronté à la crise qui lui a flingué jusqu'au palpitant (on passe sur toutes les autres dilapidations de l'escroc, sinon on est encore là en 2012X2012puissance2012)...

Prochain épisode, Sarko la Couille "va" (on le jure) vendre (et pas obtenir un accord de principe, on y croit on y croit !) des TGV aux travelots pour relier Rio à Sao Paulo : le jackpot pour les trafiquants de came du coin, ils n'auront plus besoin d'affrêter de coucous pour transporter leur dope entre les deux villes les plus peuplées du pays (qu'est-ce qu'on dit ?) !

Comme quoi, on y revient toujours... Face à certaines "réalisations" de certains personnages, on se dit que le monde tournerait beaucoup moins de traviole, si certains avaient mis une capote ailleurs que sur leur bagnole !