voteIl était environ huit heures trente, ce matin, quand madame Poliblog et moi nous sommes rendus, accompagnés d'Ulysse, au bureau de vote numéro 17 pour accomplir notre devoir civique. Une notion bien élastique que ce devoir civique en ce moment, si vous voulez mon avis, car depuis un certain nombre d'années, "accomplir son devoir civique" consiste à effectuer un déplacement dont on ne perçoit que rarement le sens, pour choisir entre des gens dont aucun ne correspond à celui ou celle que vous voulez, ni à ce que vous voudriez le voir faire ! Mais passons.

Or donc, lorsque nous arrivâmes, précédés de monsieur Ulysse qui est en général le premier à entrer quel que soit l'endroit, nous fîmes irruption dans un bureau de poste vide de tout électeur devant, entre autres, un président dont la barbe qui devait réclamer beaucoup de soins n'avait rien à envier à celle d'un bon Français, inventif et productif (comme notre président les aime !) comme Henri Désiré Landru : pas le genre d'endroit où il convenait de péter... Mais je me disperse.

Je passe sur la galère pour entrer dans l'isoloir avec la poussette, après avoir ramassé des bulletins qui devaient avoir été fabriqués à partir d'arbres bleus ou d'arbres blancs et rouges, etc., j'ai finalement glissé dans l'enveloppe un "bulletin" de sept mètres de haut sur quatre de large au nom d'un chef de liste qui veut mettre la France "debout".

Ca a retenu mon attention, cette idée, et qui sait, cette volonté peut-être même, de remettre la France debout, attendu que depuis mai 2007, nous rampons tous dans la merde, et qu'un sale petit cafard en profite pour nous marcher sur la gueule afin de nous noyer dans le caniveau !

"Il", sa maman, sa grognasse, ses copains / copines et les fiotes qui le soutiennent n'auront pas ma voix, ça non !!! Non mais vous m'auriez, vu, moi, donner ma voix à un sociopathe rustre et con qui pisse à la raie de Choderlos de Laclos et qu'un de Gaulle aurait écrasé sous sa semelle ? Une énorme fainéasse qui vante les mérites de notions qu'elle ne connaît ni d'Eve ni d'Adam (le travail, l'identité nationale, la réforme au sens dictiotruquiste du mot, etc.), et qui en plus passe sa vie à se promener maquillé comme une poupée gonflable, au point qu'aujourd'hui, il est devenu nécessaire de virer un maximum de fonctionnaires pour financer les pérégrinations du crétin ? Ah ça non, je n'aurais pas pu voter pour "ça" ! Ni pour d'autres poids morts qui font exactement la même chose, sauf qu'eux le font soi-disant plus à gauche et avec des budgets plus réduits...

'fin voilà, j'ai rempli mon devoir, à présent il serait temps que mon candidat remplisse le sien. Non parce que moi j'écris ça, j'écris rien, mais quand même, le gars qui veut redresser la France sur ses pattes, j'ai bien l'impression qu'il est totalement inconscient que dans deux ans, il aura une opportunité unique de prendre les commandes d'un pays qui ne demande qu'à avoir un Vrai chef (enfin !), et que quand l'échéance la plus importante de la décennie se présente au mois d'avril 2012, on ne commence pas à envisager de se sortir les doigts en septembre 2011 !

Boah, je vais peut-être finir par le contacter moi, ce gars : il est clair que sans un type comme moi pour rentrer dans le lard de ses ennemis, il n'aura aucune chance.

Illustration (c) http://lemessin.files.wordpress.com/2009/09/vote.jpg