momieTout le monde n'ayant pas la chance d'être chômeur, prochainement, et sauf bouleversement(s) imprévisible(s) dans l'actualité qui m'amènerai(en)t à réviser mes plans de stratège amateur, je vous raconterai aussi ce que j'ai ressenti devant les images que vous n'avez pas vues (puisque vous étiez en train de bosser) et consternantes par certains côtés d'une émission de télévision sur laquelle je suis tombé tout à fait par hasard ce jeudi : il ne s'agissait de rien de moins que de la cérémonie d'intronisation de Simone Veil à l'Académie française.

Pour info, la vieille va désormais poser son cul sur un fauteuil qui avant qu'elle ne l'écrase, portait encore de rares traces du séjour des fesses de Jean Racine ; il s'agit du fauteuil numéro treize de l'Académie -sans rire-, dont comme de juste, tous les locataires immortels finissent par passer l'épée à gauche pour être remplacés par une nouvelle momie...

Vous allez voir, raconté à la sauce Poliblog, c'était assez "roswellien" comme ambiance ! La France d'en-haut se vautrant ostensiblement dans le luxe le plus indécent et dans l'autosatisfaction la plus débridée pendant que les braves cons qui la fournissent quotidiennement en caviar suaient sur leurs machines, derrière leur volant ou devant l'écran de leur PC, ça avait quelque chose d'un décalé et d'un ridicule (franchement irritant) que je vais essayer de vous retranscrire ici quand l'incrédulité sera retombée.

Sachez juste, à titre de simple mise en bouche, que dans ces heures sombres de crise mondiale, de dépression nationale et de terrible incertitude que le peuple croit partager avec ses dirigeants (il est brave, ce peuple), il existe une caste de Français (dont Simone n'est certainement pas la grand-mère la plus méritante) qui, eux, ne se font pas le moindre souci quant au sort que l'avenir leur réservera.

Et pour cause, ils se croient vraiment immortels (et tous permis), ces salauds-là !